Une histoire des guides catholiques

Photo légende

Les Baden Powell Belgian Girl Guides en 1920, avec le père Melchior et le doyen de Namur.


Dès le début, le guidisme intéresse les catholiques et leur clergé

Le cardinal anglais Francis Bourne s’intéresse particulièrement au scoutisme et au guidisme comme lieu où se mélangent des jeunes de toutes religions ou confessions. Baden-Powell l’a consulté dès la rédaction de Scouting for boys. Il fera partie à partir d’avril 1910 du Boy Scout Advisory Council comme conseiller religieux catholique. Il entrera alors en contact avec le guidisme et bénira pour la première fois les couleurs d’une compagnie de guides catholiques en 1918. « J’ai toujours accordé beaucoup d’importance au fait que les catholiques participent à tous les mouvements de l’Empire auxquels ils peuvent adhérer sans mettre leurs principes catholiques en danger, dira-t-il à cette occasion. » Il préfacera en 1921 le premier manuel du guidisme catholique anglais.

Après l’Angleterre, le guidisme catholique s’implantera dans d’autres coins de l’Empire Britannique, comme en Inde (avant 1914), au Canada (1910), en Irlande (1911) et à Malte (1918). Aux Etats-Unis, Juliette Low, fondatrice des Girl Scouts en 1912, reprend à Baden-Powell sa politique de consultation du clergé catholique par rapport au mouvement guide. Dès 1914, des troupes de Girl Scouts s’établissent dans l’archidiocèse de Baltimore, six ans plus tard, l’ensemble de la hiérarchie catholique américaine soutiendra le guidisme.

Dans ces années d’avant 1920, des filles catholiques rejoignent le mouvement guide, le plus souvent dans des associations pluriconfessionnelles (bravant parfois l’interdiction du clergé local), beaucoup plus rarement dans des groupes ou des associations strictement catholiques.  On les retrouve en Suisse, en Pologne, aux Pays Bas, en Autriche, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, au Brésil, en Italie, au Luxembourg, en Belgique, etc.
En 1919, le quartier général guide présidé par Lady Baden Powell prend l’initiative de demander à la Catholic Women’s League de s’affilier en tant qu’association apparentée au mouvement guide, afin de populariser plus largement le guidisme parmi les catholiques. La Ligue permettra aux catholiques dans le guidisme de se regrouper et de s’organiser, sur le plan national et international. En 1924, elle organise ainsila première Conférence de cheftaines catholiques anglaises en Angleterre. Elle sera aussi présente lors des premières conférences internationales guides de 1920 à 1926.

 

A suivre avec : « Les enjeux du guidisme catholique des années 1925-1940 »

 

Pour en savoir plus, lisez le Livre qui sortira en juin 2015 à l’occasion des 50 ans de la CICG. 

Bulletin de souscription